Pour Jacques Weber, Molière était un "homme beaucoup plus rebelle qu'il n'y paraît"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
© Stéphane de Sakutin, AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

L'Avare, le Misanthrope, Tartuffe, Les Fourberies de Scapin… Jacques Weber est un fin connaisseur de Molière, et pour cause, il a eu la chance de jouer "près de 200 fois" tous les personnages les plus importants imaginés par Jean-Baptiste Poquelin. Invité d'Europe 1 ce samedi, à l'occasion des 400 ans du baptême du dramaturge (sa date de naissance étant incertaine), l'acteur dévoile sa vision de l'une des plus grandes plumes françaises.

>> Retrouvez Europe matin week-end en podcast et en replay ici 

Molière dépeint l'ordre bourgeois

Si "Molière appartient intrinsèquement au 17e siècle", cela ne l'empêche pas "d'être un homme beaucoup plus rebelle qu'il n'y paraît". "Tartuffe désordonne une famille, Alceste désordonne la classe dominante, et enfin Don Juan désordonne le monde", rappelle Jacques Weber. Trois histoires, "trois cycles extrêmement importants" aux yeux de ce dernier. "Contrairement à Shakespeare, dont on pourrait dire qu'il est l'auteur cosmologique par excellence, [...] Molière dépeint l'ordre bourgeois et dit qu'il faudrait un peu de désordre pour le remettre en question."

>> LIRE AUSSI - 400 ans de Molière : Europe 1 vous conseille quatre ouvrages sur le dramaturge

Et ce n'est pas tout. Si Molière a vécu bien avant la révolution sexuelle de la femme, ses personnages féminins sont loin d'être vides. "Ses femmes sont éprises de liberté, de la reconnaissance de leurs désirs." Pour autant, Jacques Weber l'affirme avec une certaine fermeté : "Il faut fa...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles