"Jacquie et Michel" : qui est Araceli, la femme de Michel, le patron du site pornographique français ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

L'industrie pornographique est en ébullition. Mardi 14 juin 2022, l'AFP révélait que le propriétaire du site Jacquie et Michel, Michel Piron, sa femme Araceli et trois autres personnes, ont été placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête qui remonte à juillet 2020. Ces derniers sont accusés de "viols" et "proxénétisme". Les faits se seraient produits entre 2009 et 2015. Les associations Osez le féminisme, les Effronté-es et le Mouvement du Nid ont partagé le témoignage d'actrices de films pornographiques ayant été victimes de "pratiques sexuelles douloureuses alors qu'elles n'étaient pas consentantes", dans le 20 Minutes du 10 juin 2022. Patron de Jacquie et Michel depuis sa création en 2002, Michel Piron partage la vie d'une certaine Araceli. Comme l'ont révélé nos confrères du Monde, "c'est à son nom qu’est créée, en 2002, la première entreprise, domiciliée à leur adresse commune, un petit village de la banlieue de Tarbes". Il n'y a donc pas de "Jacquie" à proprement parler : "Si Michel existe bel et bien, Jacquie est, en revanche, une invention", apprend-on.

Comme le précise Le Monde, le couple formé par Araceli et Michel Piron est "d'une discrétion farouche" et "il n’existe aucune image d’eux nulle part." La légende veut que ce "couple d’instituteurs libertins" ait "monté à la fin des années 1990 un petit site sans prétention afin d’y échanger des clichés dénudés avec d’autres adeptes de l’exhibitionnisme en ligne." Plus tard, "le succès retentissant de Jacquieetmichel.net (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles