J'ai dû fermer mon cabinet de psy et mis malgré moi mes patients en danger - BLOG

Marie Leduc Lusteau
Je peux les recevoir en sécurité, désinfecter, après chaque patient, aérer, fermer la salle d’attente, je peux faire ce que vous me demanderez pour l’hygiène et la sécurité, je peux peut-être même les aider! Mais je n’y arriverai pas si vous ne m’aidez pas. (image d'illustration)

BLOG - Alors voilà, cela pourrait être le début d’une histoire, d’une chanson, mais c’est ici le début, un peu bancal peut-être, d’une lettre. Une de celles que l’on écrit en doutant qu’elles parviennent à leurs destinataires, une de celles qui ressemblent ”à une bouteille à la mer” ou ”à la mère” si je puis vous nommer comme cela, “mère nourricière” “suffisamment bonne” que vous devriez être pour notre santé.

Alors voilà, sait-on jamais, Mr le ministre de notre santé, en ces temps perturbés où l’imprévu mène cette lettre peut peut-être vous arriver.

Alors voilà donc mon propos Monsieur le ministre et allez, Mr le Président aussi.

Me voilà, Messieurs, un peu embêtée avec ces histoires de masques, eh oui encore une!

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à temoignage@huffingtonpost.fr  et consulter tous lestémoignages que nous avons publiés.

Fermeture sanitaire de mon cabinet

Je ne suis pas de ces soignants en “première ligne”, je ne réclame d’ailleurs pas le même matériel et au passage je leur transmets tout mon soutien. Je ne sais pas très bien en quelle ligne je me trouve, car, vous m’en excuserez, je n’ai pas bien compris votre système de comptage, de classement, de catégorie, mais ça c’est sans doute parce que j’ai toujours été nulle en math.

Me voilà donc, moi, psychologue, un peu nulle en math, sur une ligne dont j’ignore le chiffre, confrontée à des patients qui vont de plus en plus mal et pour lesquels j’ai un doute, un flou sur la réponse que je peux leur apporter.

D’abord, j’ai commencé par respecter vos règles floues, il faut continuer à travailler vous avez le droit d’ouvrir le cabinet, mais concernant les consultations, j’en appelle à votre bon sens citoyen. Bref résumé, mais je suis certaine que vous reconnaitrez vos recommandations. Pas de fermeture administrative, mais merci de fermer.

Je me suis donc exécutée. J’ai...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post