"J'ai envie qu'on me laisse tranquille" : Jessica Thivenin évoque l'enfer du mom-shaming

Avec ses 6,2 millions de followers, Jessica Thivenin est une véritable célébrité sur les réseaux sociaux. L'influenceuse révélée dans Les Marseillais a, comme beaucoup, développé son affaire au-delà du petit écran. C'est sur Instagram principalement, que sa présence est remarquée. Et si de nombreuses personnes lui apportent un soutien sans faille, la jeune femme reste la cible de commentaires acerbes et pour certains, particulièrement préoccupants.

Interviewée par Brut, Jessica Thivenin évoque notamment le sujet de l'exposition de ses enfants en ligne, elle qui a deux enfants en bas âge avec Thibaut Garcia, autre influenceur issu de la téléréalité. Mais aussi ses grossesses à risques, les deux fois où elle a dû réanimer seule son premier à l'aide de massages cardiaques - gestes de premier secours qu'elle exorte à apprendre - et son envie de ne pas cacher la vérité à sa communauté.

"J'espère que ton enfant, il va mourir"

"J'étais obligée de dire ce qui se passait", affirme celle qui confie n'avoir jamais entendu parler de personnalité alitée, comme elle, avant de prendre la parole. "Et j'ai eu tous ces témoignages de personnes qui m'ont dit 'moi aussi j'ai été alitée', 'moi aussi j'ai eu un placenta praevia' (une implantation du placenta au-dessus de l'ouverture du col de l'utérus, dans la partie inférieure de l'utérus plutôt que dans la partie supérieure, ndlr). Je me rends compte que les grossesses il y en a plein à...

Lire la suite


À lire aussi

Roméo Elvis accusé d'agression sexuelle : pourquoi il faut laisser sa soeur Angèle tranquille
"Laissez mes bourrelets tranquilles" : Cardi B répond aux grossophobes
"Pas envie ce soir", le livre qui brise (enfin) le tabou du viol conjugal

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles