"J'ai eu une fatwa sur ma tête" : Véronique Sanson revient sur l'affaire déclenchée par sa chanson "Allah"

·1 min de lecture

C'est une chanson qui a disparu de son répertoire. En 1988 Véronique Sanson sortait Allah, un titre qui se veut une supplique à ce dernier contre les crimes commis en son nom. Pourtant, il déclenche une polémique et la chanteuse reçoit même des menaces de morts, alors que la chanson est très diffusée dans les médias. Invitée d'"Icônes" sur Europe 1, l'artiste revient sur le sens de cette chanson et explique pourquoi elle a décidé de ne plus l'interpréter. 

>> LIRE AUSSI - Malgré la mort de sa mère, Véronique Sanson l'appelle toujours au téléphone

"Il y a des crétins partout"

"Non, je ne chante plus Allah. Vous savez, il y a des crétins partout et j'ai eu une fatwa sur ma tête", rappelle la chanteuse qui trouve "un peu ridicule de tenter le diable". Pourtant, lorsque le titre sort en novembre 1988, il ne pose aucun problème. Mais les répercussions de l'affaire Versets sataniques, publiés un mois plus tôt, vont rapidement changer la donne. Le quatrième roman de Salman Rushdie déclenche en effet une vive réaction dans le monde musulman à cause d'une description du prophète Mahomet jugée par certain comme irrévérencieuse. Le livre sera banni de plusieurs pays et son auteur fera l'objet d'une fatwa réclamant son exécution, le 14 février 1989. 

Une "chanson d'amour très mal comprise"

C'est donc dans ce contexte tendu que Véronique Sanson commence à recevoir des menaces de mort alors qu'elle doit se produire à l'Olympia. "On a fait l'amalgame avec les Versets sataniques, c'est ...


Lire la suite sur Europe1