J'ai oubli ma pilule : que faire ?

© Getty Images - rustamank / Zen Rial / Eivaisla

Huit femmes sur dix avouent avoir zappé leur pilule au moins une fois par an, selon une enquête Opinion Health menée auprès des millénials (21-29 ans) pour le laboratoire Bayer Healthcare. Le stress, un décalage horaire ou l’impossibilité d’obtenir un RDV chez son médecin pour renouveler son ordonnance sont les motifs les plus souvent évoqués.

Afin d’éviter une grossesse non désirée, il ne faut commettre d’impairs et adopter les bonnes mesures de précaution.

Mais attention, il n'existe pas une seule marche à suivre : tout dépend de la durée d’action de votre pilule et à quand remonte votre étourderie. Explications.

La marche à suivre en cas de retard de quelques heures

La majorité des pilules actuelles (estro-progestatives ou micro-progestatives au désogestrel, type Cerazete) offrent une marge de manœuvre d’une demi-journée.

Si l’oubli remonte à moins de 12 heures, il faut prendre immédiatement le comprimé oublié – sauf mention contraire sur la notice, qu'il ne faut pas oublier de lire – et poursuivre ensuite le traitement à l’heure habituelle, même si cela vous oblige à avaler deux pilules le même jour.

En revanche, si votre pilule microprogestative est à base de lévonorgestrel (Microval®), vous n’avez que trois heures pour agir de la sorte car sa couverture contraceptive est beaucoup moins étendue.

 

Si votre oubli de pilule remonte à plus de 12 heures

Passé ce délai de 12 heures – 3 heures pour Microval® -, la situation est différente.

Prenez le dernier comprimé oublié dès que possible, puis les suivantes à l’heure habituelle quitte à en ingurgiter deux le même jour. Mais comme l’efficacité contraceptive n’est plus garantie, "l’utilisation d’un préservatif est indispensable en cas de rapport sexuel dans les sept jours suivants", explique Dr Brigitte Letombe, gynécologue médicale membre du CNGOF (Collège national des gynécologues obstétriciens français), auteure de Femmes réveillez-vous ! (éd. First).

Si votre oubli concerne l’un des sept derniers comprimés actifs de la plaquette, ne faites pas de pause : poursuivez votre plaquette en cours jusqu’à la fin et enchaînez directement avec la plaquette suivante, en jetant les comprimés placebo (inactifs) si vous en avez.

Autre impératif : "Si vous avez eu un rapport sexuel dans les cinq jours précédant votre oubli, une contraception d’urgence est en outre nécessaire pour interrompre une éventuelle grossesse débutante", précise le Dr Letombe. Il en est de même si vous avez oublié deux comprimés ou plus.

En cas de doute et pour plus de sécurité, n’hésitez pas à réaliser aussi un test de grossesse, jusqu'aux deux semaines qui suivent.

Qlaira®, l’exception à la règle

La pilule Qlaira® est particulière dans la mesure où elle propose des doses décroissantes d’oestrogène et des doses croissantes de progestatif, d’où des comprimés actifs de quatre couleurs différentes.

En cas d’oubli supérieur à 12 heures, utilisez un préservatif pendant les neuf jours suivants. Plusieurs cas de figure se présentent alors : si vous êtes entre le 1er et le 17e jour de la plaquette, prenez le comprimé négligé, puis les suivants à l’heure habituelle ; si votre oubli a lieu entre le 18e et la 24e jour de la plaquette, jetez-la de suite et attaquez une nouvelle plaquette ; si vous avez oublié un comprimé rouge foncé (jours 25 et 26), prenez-le immédiatement et continuez à l'heure habituelle. Les comprimés blancs (jour 27 et 28) étant inactifs, leur oubli ne prête pas à conséquence.

Il existe de nombreuses astuces pour éviter les oublis de pilule : associer sa prise à un geste incontournable du quotidien (brossage de dents, démaquillage…) ou programmer une alarme de rappel sur votre smartphone par exemple.

Si cette mésaventure se répète, parlez-en à votre gynécologue ou votre sage-femme afin d’envisager un moyen de contraception plus adapté à votre mode de vie : stérilet, anneau vaginal ou patch contraceptif.

Si malgré ces explications et celles sur la notice de votre pilule, des doutes subsistent : demandez conseil à votre gynécologue, votre sage-femme ou votre médecin généraliste.



Plus de "Santé" :