J'ai testé pour vous une Netflix Party avec des copines

La plateforme de streaming Netflix a mis au point un outil qui permet de mater des séries entre potes... sans se voir. L'idéal quand on est assignée à résidence pendant le confinement. Hier, après 48 heures de confinement sans l'ombre de vie sociale, j'ai testé l'astuce. Alors, révolution digitale ou gadget inutile ? Je vous en dis plus.

19:36, mercredi 18 mars. Ça fait deux jours qu'on ne peut plus sortir de chez nous ou presque. Chez moi, le confinement se passe "bien" : j'ai le luxe de pouvoir continuer à bosser de mon canapé (ce que je fais déjà 75 % du temps de toute façon, vis ma vie de pigiste). Ma fille étant encore un minuscule petit être - mais qui fait ses nuits, joie, je n'ai pas non plus à la divertir h24, ni à recevoir de la bouffe en pleine figure à chaque repas. C'est plutôt du vomi de lait infantile à cet âge-là, ce qui n'a rien de très savoureux, surtout quand ça vous arrive sur le visage, mais ça s'incruste moins profondément.

Qui dit restrictions de déplacements dit en réalité isolation totale du reste du monde, de sa famille et - à notre grand dam - de nos ami·e·s. Forcément, pour celles et ceux qui avaient l'habitude d'une vie sociale extrêmement remplie, ça fait un vide. Quand on habite seul·e, d'autant plus. Pas d'apéro, pas de cafés en terrasse, pas de ciné, pas de soirées à mater les dernières séries sous un plaid, pop-corn salés dans le saladier et commentaires acerbes au coin de la bouche. Car avouons-le, l'unique raison pour laquelle on se rassemble pour apprécier ensemble un épisode quelconque, c'est pour y aller de sa petite remarque entre deux gorgées de vin - ou de thé, il y a deux écoles. Un passe-temps qui n'a rien de vital, soyons honnête, mais qui fait du bien. Un passe-temps auquel je m'adonne sans trop de remords quand je retrouve mes amies - et une en particulier.

Seulement voilà, le coronavirus et les messages incessants (mais justifiés) des soignant·e·s, qui nous implorent de ne pas se sentir pousser des ailes de pseudo-résistance en se réunissant, me confortent dans l'idée que la meilleure façon d'aider à la gestion de la crise et d'arrêter le plus vite possible l'épidémie, c'est de rester chez moi.

"Notre rituel télé devra donc attendre quelques semaines", me dis-je un peu déçue, repassant nos fous rires (...)

Lire la suite sur le site Terrafemina

Ce contenu peut également vous intéresser :


5 conseils pour être (enfin) prise au sérieux au travail
8 tactiques pour (enfin) dormir avec un homme qui ronfle
Transformer des yeux marrons en yeux bleus ? C'est maintenant possible
Grands-parents : ces 18 étapes qui vous ont filé un coup de vieux
10 mannequins différents qui font du bien à la mode