Jalil Lespert : qui sont les femmes de sa vie ?

·2 min de lecture

Comédien fort en gueule, réalisateur accompli, beau gosse au talent fou, Jalil Lespert a de nombreux arguments à faire valoir sur le papier... pour décrocher des rôles et faire battre le cœur de ses fans. Des atouts qu'il a su transcender pour effectuer une belle carrière devant et derrière la caméra, se mettre dans la poche le monde du cinéma, et séduire le sexe opposé. Sa carrure large des épaules, son visage atypique et son engagement pour de nobles causes ont notamment fait tourner la tête de Sonia Rolland, rencontrée lors d'une séance photo pour le magazine Vogue fin 2008. À l'époque, l'ex-miss France sortait d'une relation compliquée avec Christophe Rocancourt et avait succombé au charme de l'acteur vu notamment dans Nos vies heureuses. Leur romance est allée très vite, débouchant notamment sur la naissance d'une petite fille prénommée Kahina, le 6 novembre 2010. Amoureux comme jamais, les deux stars n'hésitaient pas à afficher leur complicité en public, comme à Roland Garros, où ils aimaient se rendre au printemps.

Mais alors que les rumeurs sur leur séparation bruissaient depuis un petit moment, Jalil Lespert a pris la parole pour officialiser la nouvelle. "Après 9 ans d’amour. Une nouvelle vie, une nouvelle direction. Merci pour ces belles années partagées de joie, de construction et d’apprentissage. Reste à jamais entre nous un lien indéfectible, notre fille. Nos chemins se séparent mais, grâce à elle, notre avenir restera d’une manière ou d’une autre commun", avait-il écrit dans un long message. De son côté, Sonia Rolland s'est efforcée de retrouver force et paix intérieure, elle a notamment rencontré une guide spirituelle pour l'y aider. Avant leur rencontre, le réalisateur du biopic Yves Saint-Laurent était déjà père de deux enfants, Alyosha et Gena, nés de son histoire d’amour avec Bérangère Allaux, actrice de son état, qu'il a mise en scène dans son film 24 mesures.

À lire aussi : Sonia Rolland révèle les raisons de sa rupture avec Jalil Lespert : "Je me (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite