Jamais le premier soir (TFX) - Mélanie Doutey : "Avec Alexandra Lamy, c’est fusionnel"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Lorsqu’elle débarque pour les deux mois de tournage, à Paris, en mars 2013, Alexandra Lamy prévient d’entrée de jeu la réalisatrice, Mélissa Drigeard :" Tu verras, avec Mélanie, on n’a pas vraiment besoin de jouer des amies. On l’est déjà…" Et pas qu’un peu : ces deux-là s’adorent depuis leur rencontre, en 2005, sur le film On va s’aimer, d’Ivan Calbérac : " À l’époque, se souvient Alexandra, nous avons eu un coup de foudre réciproque. C’est très proche de l’amour, la sexualité en moins. "

Vraies femmes libérées
Cette osmose est logique, tant ces comédiennes cumulent des points communs dans leurs parcours respectifs : adolescentes, elles ont caché à leurs familles leur désir de devenir actrices, passant des auditions en cachette, pour réussir, l’une comme l’autre, à entrer au Conservatoire. Séparées la même année, en 2013, de leurs compagnons (Gilles Lellouche et Jean Dujardin), elles sont mères de grandes filles. Mieux : bonnes vivantes, elles raffolent des sorties au resto entre copines, ponctuées de fous rires et de délires. Côté séduction, elles préfèrent, en femmes libérées, draguer ouvertement les hommes plutôt que d’être timidement courtisées par des soupirants, comme elles le déclaraient le 28 décembre 2013 sur RFM. "Mais nous restons d’indécrottables sentimentales ", précise Mélanie :

" Nos parents, qui sont restés unis, nous ont prouvé que l’amour peut durer toute une vie. &quo... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles