• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Jamie Lynn Spears répond à la mise en demeure de sa sœur Britney

·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Jamie Lynn Spears a publié une réponse à la mise en demeure de sa sœur Britney Spears.

Lundi (17 jan. 22), l'avocat de la chanteuse, Mathew Rosengart, a envoyé à sa sœur une note très ferme lui demandant d'arrêter de parler de l'interprète de Toxic de manière « désobligeante » lors de sa tournée promotionnelle pour son nouveau livre, Things I Should Have Said. En réponse aux affirmations de maître Rosengart, l'avocat de Jamie Lynn Spears, Bryan J. Freedman, a demandé à son tour à la grande sœur de cesser de publier des « déclarations ignobles » sur sa cliente sur les réseaux sociaux.

Plus tôt dans la journée, la pop star avait affirmé sur Instagram que Jamie Lynn Spears ne l'avait pas soutenue lorsqu'elle avait rompu avec Justin Timberlake en 2002, alors qu'elle avait déclaré le contraire lors d'une apparition dans le podcast Call Her Daddy lundi. De plus, Britney Spears a ajouté qu'elle avait été « choquée à mort » par la façon dont sa sœur aurait parlé à leur mère lorsqu'elle était à la maison, et a affirmé que Jamie Lynn et ses amies s'étaient teints les cheveux pour ressembler à Christina Aguilera, la rivale de la pop star à l'époque, concluant qu'elle aurait dû leur « foutre une bonne grosse claque dans la gueule, à Maman et à toi ».

« Pour être clair, les messages sur les réseaux sociaux qui incluent la cyberintimidation et les menaces de mort à l'encontre de Jamie Lynn et de sa famille, ne sont ni la "bonne voie", ni quelque chose qui sera toléré. Il était également décevant de voir votre lettre étalée dans tous les médias, car il aurait certainement été bénéfique pour toutes les personnes impliquées et leurs enfants respectifs, qu'il y ait un forum privé pour essayer de redresser les griefs », a écrit maître Freedman, selon une copie obtenue par TMZ.

Le courrier se poursuit ainsi : « Votre lettre prétend que le livre de Jamie Lynn est potentiellement illégal, diffamatoire, trompeur et contient des affirmations scandaleuses, mais vous admettez que ni vous ni votre client n'avez réellement lu la moindre partie du livre. Franchement, il est impossible de comprendre ce que vous demandez à ma cliente de cesser et de s'abstenir de faire puisque la lettre ne précise aucun acte juridique répréhensible quel qu'il soit. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles