Jane Birkin : « Ce disque, c’est moi »

Valérie Robert
·2 min de lecture

Pour « Oh ! Pardon tu dormais… », concocté avec Etienne Daho, elle a pris la plume pour écrire ses propres chansons. Un très bel album, mais il nous faudra, hélas, attendre pour le découvrir.

Comment est né ce sublime disque ?
Jane Birkin - Depuis vingt ans, Etienne me demande que l’on fasse un album ensemble. Tout à coup, ça a été le moment. L’idée a été de montrer mes sentiments les plus vrais sans essayer de plaire. Etienne a voulu lutter contre toute nostalgie qui immobilise. Il voulait qu’on avance. J’ai pris son énergie. Il tenait absolument à la chanson Oh ! Pardon tu dormais…, issue de la pièce de théâtre que j’avais écrite. Il en a remodelé le texte avec d’infinies précautions, comme s’il s’agissait de la prose de quelqu’un qu’il ne fallait pas toucher. C’était émouvant qu’il croie autant en moi et qu’il me respecte en tant qu’écrivaine.

Etes-vous arrivée vite avec des chansons ?
Jane Birkin - Pour notre premier rendez-vous, j’avais les deux premiers titres que j’avais écrits sur Kate [Barry, sa fille aînée, décédée en 2013]. L’une parlait de sa chute, l’autre s’intitule Ces murs épais et évoque cette convenance d’aller dans les cimetières alors que vous paniquez en imaginant ce qui se passe au-dessous. Maintenant, en voyant les fleuristes, je me demande, sans que ça soit triste, quelles fleurs on va apporter au cimetière. La tombe de Kate est peut-être parmi les plus jolies, car ses amis y laissent des messages, comme autant de bouquets de tendresse…

Rien n’est aussi dur que la vie, non ?

Et que représente Cigarettes, le titre le plus poignant ?
Jane Birkin -...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi