Le Japon autorise (enfin) la pilule abortive... mais avec le consentement du conjoint

Le Japon va autoriser la pilule abortive d'ici la fin de l'année... mais l'accord du conjoint sera requis. C'est ce que nous apprend un article du Guardian, précisant également que le coût de ladite pilule pourrait monter à 100 000 yens, autrement dit 780 $. La démonstration s'il en est, fustige le média britannique, "des priorités d'un parlement dominé par les hommes".

"En principe, nous pensons que le consentement du conjoint est nécessaire, même si un avortement est provoqué par un médicament [et non de manière chirurgicale, ndlr]", s'est exprimé Yasuhiro Hashimoto, haut responsable du ministère de la Santé. Un accord qui doit se formaliser à l'écrit. Et une décision notamment contestée par les militantes féministes, qui désirent faire changer l'avis des autorités sanitaires à ce sujet.

"Cette notion de consentement devient un problème lorsqu'il y a un désaccord avec le conjoint ou que le conjoint force la femme à accoucher contre son gré", a fustigé auprès du journal britannique Kumi Tsukahara, membre fondatrice du collectif Action for Safe Abortion Japan, qui lutte pour le respect des droits des femmes, et notamment du droit à l'avortement dans de bonnes conditions, au Japon.

"Les femmes ne sont pas la propriété de l'homme"

"Les femmes ne sont pas la propriété des hommes. Leurs droits doivent être protégés. Pourquoi une femme devrait-elle avoir besoin de l'approbation de son partenaire ? C'est son corps", a protesté Mizuho Fukushima,...

Lire la suite


À lire aussi

Au Japon, les hommes "découvrent" enfin les tâches ménagères pendant le confinement
"Séduire" : une websérie pour (enfin !) en finir avec les clichés sur la drague et la séduction
"Pas envie ce soir", le livre qui brise (enfin) le tabou du viol conjugal

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles