Japon : la floraison des cerisiers n’a jamais été aussi précoce

Cet événement emblématique du pays, nommé sakura, est arrivé particulièrement tôt cette année, signe du réchauffement climatique selon les experts. Le précédent record remonte à 1409. C’est un phénomène qui est documenté depuis l’an 812 au Japon. La floraison des cerisiers, signe traditionnel de l’arrivée du printemps, a atteint son pic le 26 mars. « À Kyoto, la documentation des festivals des cerisiers, qui remonte au IXe siècle, permet de se faire une idée précise du climat d'autrefois et démontre par conséquent l'augmentation locale des températures en raison du réchauffement climatique et de l'urbanisation », explique un article de la revue « Biological Préservation », relayé lundi par la BBC. Le précédent record a été établi en 1409, lorsque la saison a atteint son paroxysme le 27 mars. Lire aussi >> Japon confidentiel : les coins secrets de l’archipelÀ Kyoto, la température moyenne a augmenté de 3,5 degrés Cette floraison, nommée « sakura » en japonais, ne dure que quelques jours, mais l’apparition des fleurs revêt une énorme importance pour les Japonais, « tant sur le plan économique que culturel », indique la BBC. La saison de hanami (« admirer les fleurs ») est l'occasion pour les Japonais de se rassembler entre amis ou en famille pour pique-niquer sous les arbres. Le registre de Kyoto sur la floraison des cerisiers est « extrêmement précieux pour la recherche sur le changement climatique en raison de sa durée et de la forte sensibilité de la floraison aux températures printanières (printemps chaud = floraison précoce) », a expliqué au « Washington Post » Benjamin Cook, chercheur de l’université Columbia. Le quotidien a expliqué qu’en 1850, la floraison avait lieu autour du 17 avril ; maintenant, elle a lieu autour du 5 avril. Entre temps, la température moyenne a augmenté de près de 3,5 degrés à Kyoto.