Japon : le lancement d'un atterrisseur lunaire reporté pour une troisième fois

La Jaxa et Mitsubishi Heavy Industries, en charge du lancement, ont déclaré que la mission avait été annulée en raison de vents forts en altitude.

Le décollage d'une fusée japonaise devant convoyer un atterrisseur lunaire a été reporté le 28 août pour une troisième fois - et au dernier moment cette fois-ci - en raison de mauvaises conditions météo, et une nouvelle date n'a pas encore été fixée.

"Moon Sniper"

La fusée H2-A devait décoller lundi matin depuis la base de lancement de l'agence spatiale japonaise (Jaxa) à Tanegashima, dans le sud-ouest de l'archipel. Le compte à rebours s'est poursuivi au moins jusqu'à 30 minutes avant le lancement, mais la Jaxa et Mitsubishi Heavy Industries (MHI), en charge du lancement, ont déclaré que la mission avait été annulée en raison de vents forts en altitude. Concernant la prochaine date pour la mission, il faudra "au moins trois jours" et vérifier les conditions météorologiques, a expliqué lors d'une conférence de presse Tatsuru Tokunaga, le responsable du lancement chez MHI.

La fusée japonaise doit emmener dans l'espace un atterrisseur lunaire appelé SLIM (Smart Lander for Investigating the Moon) surnommé "Moon Sniper", censé tester une technologie d'alunissage de haute précision, à 100 mètres maximum de sa cible contre plusieurs kilomètres habituellement. XRISM, un satellite développé conjointement par la Jaxa, la Nasa américaine et l'Agence spatiale européenne (ESA) pour une mission d'imagerie en rayons X et spectroscopie, doit également être du voyage.

Plusieurs échecs pour le Japon

L'Inde a réussi la semaine dernière à poser sur la Lune son premier engin spatial. Avant elle, seuls les États-Unis, l'Union soviétique et la Chine avaient déjà réussi des alunissages. La Russie vient pour sa part d'échouer dans une nouvelle tentative, sa sonde Luna-25 s'étant écrasée le 19 août sur le sol lunaire.

Le Japon avait déjà tenté en novembre dernier de poser une mini-sonde sur la Lune, embarquée à bord de la mission américaine Artemis 1. Mais la communication avec "Omotenashi" ("hospitalité" en japonais) avait été perdue peu après l'éjection de cette sonde dans l'espace, en ra[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi