Jarry se livre sans tabou sur ses enfants nés par GPA

Le juré de Mask Singer fait tomber les masques. Dans une interview accordée à nos confrères de 20 minutes, l'humoriste Jarry évoque les thèmes de son deuxième spectacle,Titre, qu'il joue actuellement à l'Européen à Paris jusqu'au 4 janvier. Jarry se confie notamment sans tabou sur ses enfants nés par GPA [gestation pour autrui, NDLR]. "J’ai hésité au départ et j’ai fini par me dire que, de toute façon, si on est sincère, les gens sont bienveillants. Mon histoire est aussi celle de plein d’autres personnes, a-t-il expliqué. Je voulais aussi dire que, derrière ce mec rigolo, qui crie par moments, se cache aussi quelqu’un qui doute, qui a eu le sentiment pendant des années d’être totalement différent des autres et se demandait pourquoi il avait l’impression d’être un brouillon de plein de choses".

⋙ Jarry : quand il évoquait, au bord des larmes, ses enfants nés par GPA

Dans son spectacle, Jarry aborde la question de l'homoparentalité, un thème qui lui est cher : "Je crois que je suis un des premiers à parler sur scène d’un couple homoparental. J’évoque mes enfants parce que je suis tellement fier d’être papa. Un papa qui est confronté aux mêmes problèmes que n’importe quel autre. Je trouve ça génial car ça m’amène à échanger avec les gens de la vie de tous les jours". Au sujet de la GPA et de la PMA, Jarry n'y va pas par quatre chemin : "Aujourd’hui, on accorde aux questions de la PMA et de la GPA une importance qui n’a pas lieu d’être. On a l’impression que c’est quelque chose qui va remettre en cause le fonctionnement du pays alors que pas du tout. C’est encore une fois se demander comment on traite l’information et ce qu’on décide de dire de cette information".

L'humoriste aurait-il fait une autre carrière s'il était hétérosexuel ? Pour lui, oui : "Je ferais une plus grosse carrière. Je pense qu’il y a encore des gens qui ne voient que ma sexualité et pas du tout qui je suis en tant que personne pour venir me voir en spectacle".

À lire aussi : George Michael n'assumait

(...) Cliquez ici pour voir la suite