Jean-Baptiste Guégan révèle où il vit (et ce n’est pas en France)

On dit de lui qu’il est le sosie de Johnny. Le sosie vocal, car, bien sûr hormis la même voix et la même passion pour la musique, tout ou presque les oppose. À 36 ans, Jean-Baptiste Guégan, sosie vocal du plus célèbre rockeur français, a vu sa carrière décoller après la mort de ce dernier en décembre 2017. Pour lui, tout a commencé en 1992 quand, avant son dixième printemps, il assiste pour la première fois à un concert de Johnny à Bercy. Celui qui se destinait à devenir menuisier-ébéniste est repéré dans un bar par un producteur. Il devient officiellement le sosie vocal de son idole, multipliant les concerts. À la mort du mari de Laeticia Hallyday, tout s’enchaîne pour lui. Fin 2017, il est contacté par le producteur Christophe Porquet. Une tournée en France et en Belgique commence l’année suivante, baptisée Jean-Baptiste Guégan : La Voix de Johnny. Puis, cette même année, il participe à l’émission La France a un incroyable talent sur M6… et remporte la saison 13. Michel Mallory, l’un des paroliers de Johnny Hallyday, lui propose alors d’interpréter cinq titres inédits, destinés à la base au Taulier. En août 2019, l'album de Jean-Baptiste Guégan, Puisque c’est écrit, devient numéro un des ventes en France, puis disque de platine. Il se lance dans une tournée d’un an et devient connu du grand public.

"Je suis bien avec les Belges"

Qui dit notoriété dit forcément curiosité. Une curiosité qui pousse certaines et certains fans à aller jusqu’à se demander où peut bien habiter leur artiste préféré. Dans une interview accordée à Ciné Télé Revue mercredi 11 mars 2020, Jean-Baptiste Guéguan a réagi à ces rumeurs de la plus haute importance et révélé où il habitait. Non, comme beaucoup l’avaient deviné, le sosie de Johnny Hallyday ne réside pas en France… mais en Belgique. “Oui, j’habite Tournai”, a-t-il ainsi lancé. “Ça fait en réalité deux ans et demi déjà. Je n’en avais pas parlé jusqu’ici pour éviter que ça fasse le tour des réseaux sociaux et pour garder un minimum de tranquillité.

(...) Cliquez ici pour voir la suite