Jean bio, éco-responsable : nos conseils pour faire le bon choix

·1 min de lecture

Il se vend 2,3 milliards de jeans par an dans le monde. Autrement dit, 73 jeans par seconde ! La légende fait naître ce vêtement devenu universel en Californie, chez les colporteurs et chercheurs d’or. En moins d’un siècle, on le retrouve sur toutes les fesses, hommes ou femmes, et dans toutes les cultures. Skinny, droit, large, denim ou délavé, il se décline dans toutes les formes et toutes les couleurs, du vêtement de travail aux podiums des défilés haute couture de la fashion week. Mais le jean est aussi le vêtement le plus polluant, toutes catégories confondues. On vous explique pourquoi.La fabrication des vêtements nécessite beaucoup d’eau et tout particulièrement la culture de coton, matière principale des jeans. Selon l’organisation Water Footprint Network, il faut en moyenne 5.263 litres d’eau pour produire 1 kilo de coton, alors que les zones géographiques où il est cultivé connaissent justement une pénurie d’eau potable. Erwan Autret, ingénieur à l’Ademe et cité dans le livre Une mode éthique est-elle possible ? de Majdouline Sbai (éd. Rue de l’Echiquier) estime qu’il faut "2.700 litres pour fabriquer un tee-shirt, soit ce que consomme un individu en trois ans. Pour un jean, entre 7.000 et 11.000 litres sont nécessaires, l’équivalent de 285 douches."

L’étape de teinture des fils et tissus est l’une des plus problématiques. Pour obtenir la couleur idéale, le jean est trempé dans différents bains d’indigo synthétique (parfois jusqu’à 12), un colorant fabriqué à partir (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite