Jean-François Laville, journaliste licencié pour harcèlement, craque en évoquant sa confrontation avec son fils

·1 min de lecture

En avril 2020, la rédaction du service des sports de France Télévisions est secouée par un scandale de harcèlement et de sexisme. Clémentine Sarlat, ancienne journaliste du groupe passée chez BeIn Sports puis TF1, balance lors d'un entretien au journal L'Equipe sur ses anciens collègues et des attitudes sexistes au sein de la rédaction. Une grande enquête est lancée par la directrice du groupe Delphine Ernotte et en juillet 2020, les sanctions tombent : trois salariés du service des sports se voient signifier leur licenciement immédiat, tandis qu'un quatrième écope d'un blâme. Parmi les "inculpés", l'un des rédacteurs en chef du service des sports, Jean-François Laville. Un an après son licenciement, ce dernier décide de raconter sa vérité dans un livre sobrement intitulé Viré.

Vendredi 1er octobre 2021, l'ancien journaliste de France Télévisions, qui a notamment animé le magazine Tout le sport dans les années 2000, était l'invité de Cyril Hanouna sur le plateau de Touche pas à mon poste pour évoquer son ouvrage. Il revient sur cette chute, qu'il "porte comme une honte", et la dépression qui a suivi son licenciement. Mais c'est en évoquant la révélation de son nom dans les colonnes du JDD et le regard de ses proches, notamment son fils, que le journaliste a craqué sur le plateau. "C'est expliquer à ma mère de 88 ans que 'c'est n'importe quoi, ne t'inquiète pas'. A mon fils de 11 ans... Voilà ce qu'il s'est passé. Qu'est-ce-que je lui ai dit ? J'avais très peur que dans son rapport (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles