Hélène Darroze endettée : elle pousse un cri du coeur

Le 14 mars 2020, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé la fermeture des cafés et restaurants dans toute la France. La mesure choc a pris par surprise les professionnels de la restauration. Dans un entretien à Paris Match, les chefs Hélène Darroze et Jean-François Piège se sont confiés sur l'impact de cette terrible nouvelle pour leurs restaurants gastronomiques : "C’était d’une violence ! Le samedi soir, c’est le jour où on a le plus de stock ! Si on avait été prévenus un peu à l’avance….", s'est ému Jean-François Piège. À l'approche du confinement, l'ambiance commençait déjà à changer au sein de leurs établissements : "Nos restaurants étaient pleins, bondés cette dernière semaine. Une folie. Comme si les gens voulaient profiter jusqu’à l’ultime minute" , a raconté Hélène Darroze.

Le cri du coeur des chefs Hélène Darroze et Jean-François Piège

Hélène Darroze est responsable de trois établissements : le restaurant Hélène Darroze at The Connaught à Londres, et deux restaurants à Paris : le bistrot chic Joia (ouvert en 2018) et le Marsan (ouvert en 2019). Elle a énormément investi en créant ces restaurants haut de gamme et se retrouve aujourd'hui "endettée jusqu'au cou". La survie de ses restaurants est menacée. "Pour survivre, on a été obligés de prendre le PGE, le prêt garanti par l’Etat ; et je vais faire deux fois moins de chiffre d’affaires", explique-t-elle avec inquiétude.

Le chef Jean-François Piège fait le même constat. Propriétaire de cinq restaurants à Paris avec son épouse Elodie Tavares, il venait d'ouvrir un nouvel établissement, À l'épi d'or, au mois de janvier. "On a emprunté, on a mis en caution nos appartements, tout ce qu’on a. On a pris des risques. On a aussi contracté un PGE (prêt garanti par l'Etat, ndlr), mais après ? Cet endettement, il va bien falloir le rembourser !" explique le chef. Les deux chefs se retrouvent aujourd'hui au bord du gouffre financier."Le pays entier doit nous aider à nous relancer, sinon il y aura une hécatombe de chômeurs

(...) Cliquez ici pour voir la suite