Jean-Luc Mélenchon : sa petite pique sur le physique d'Édouard Philippe

·2 min de lecture

Jean-Luc Mélenchon n'a pas sa langue dans sa poche. Le président du groupe La France insoumise (LFI) à l'Assemblée nationale l'a une nouvelle fois prouvé lors de son passage dans Balance ton post ! diffusé jeudi 11 février 2021 sur C8. À l'occasion de son invitation dans l'émission de Cyril Hanouna, l'homme politique de 69 ans a débattu avec l'équipe du talk-show autour de plusieurs thématiques sur lesquelles planche le gouvernement ces derniers temps, à savoir, la crise sanitaire du coronavirus, les violences policières ou encore la loi sur le séparatisme. Raquel Garrido, ancienne cheffe de file du parti de gauche radicale, se trouvait parmi les chroniqueurs.

Lorsque le présentateur lui a demandé si elle "aimer[ait] être Premier ministre de Jean-Luc Mélenchon", ce dernier n'a pas laissé le temps à son ancienne porte-parole de répondre, osant une petite pique à Édouard Philippe. "C’est une amie, je ne lui infligerais pas un truc pareil. C’est le bagne à l’état pur", a-t-il lancé avant d'ajouter avec humour : "Vous avez vu Monsieur Édouard Philippe, quand il est arrivé il était tout noir, il a fini comme le 101e dalmatien, à moitié blanc, à moitié noir." Jean-Luc Mélenchon a ainsi fait référence à la dépigmentation de la barbe d'Édouard Philippe, qui est apparue quelque temps avant la fin de son mandat de Premier ministre.

Dans les colonnes de Paris Match en juin 2020, l'ex-bras droit du président de la République Emmanuel Macron, levait le voile sur les raisons de ces taches blanches. "C’est une maladie – un vitiligo – sans gravité, ni douloureuse ni contagieuse", confiait-il. D'après le Professeur Ezzedine interrogé par Doctissimo, le stress peut être un facteur déclenchant et révélateur de cette pathologie :"Dans la moitié des cas, c'est un gros choc, un traumatisme qui a révélé le vitiligo. Après, le stress quotidien, lié au travail par exemple, peut aggraver une situation déjà établie." Ce n'est pas la première fois qu'Édouard Philippe fait face à ce genre de railleries. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite