Jean-Marie Bigard raconte comment il a “ramé” pour séduire sa femme Lola Marois

·2 min de lecture

Voilà maintenant 13 ans que Jean-Marie Bigard et Lola Marois filent le parfait amour. Depuis, le couple s’est passé la bague au doigt et a même accueilli des jumeaux, Bella et Jules, nés en 2012. Et bien qu’ils affrontent souvent les critiques concernant leur différence d'âge – Lola Marois est de 29 ans sa cadette – les deux stars sont plus heureuses que jamais. L’humoriste et son épouse n’hésitent d’ailleurs pas à exposer leur bonheur sur les réseaux sociaux, et en disent parfois même un peu trop… On se souvient notamment de la fois où le couple a fait des confidences sexuelles qui avaient créé le malaise sur le plateau de Thierry Ardisson. Cette fois-ci, c’est face à Cyril Hanouna que Jean-Marie Bigard et Lola Marois ont choisi de se livrer. Jeudi 29 octobre 2020, à l’occasion de la sortie du premier single de Lola Marois Suavemente, la comédienne et son mari étaient les invités de Touche pas à mon poste.

Devant les caméras de C8, Lola Marois et Jean-Marie Bigard ont raconté l’histoire de leur première rencontre. “C'est une amie en commun qui m'a invitée à son spectacle ‘Mon psy va mieux’ et m’a dit qu’on allait boire une coupe avec lui en backstage après”, s’est souvenue l’actrice de Plus belle la vie. Ce soir-là, Lola Marois a trouvé son futur époux tout aussi “brillant” qu’amusant. Elle se rappelle notamment que dans sa loge, au moment de servir le champagne, l’humoriste n’avait d’yeux que pour elle. “Il ne regardait que moi. Il était en arrêt sur image, j’étais gênée”, s’amuse Lola Marois avant d’expliquer : “Après il m'a très vite invitée à dîner, et c’était comme si on se connaissait depuis des années”.

Mais Jean-Marie Bigard a tout de même tenu à préciser que tout ne s’était pas passé si rapidement, et qu’il avait dû jouer le romantisme pour séduire la belle blonde : “J’ai ramé quand même ! Les peluches, les mots doux, les surprises…” Un avis que ne partage pas vraiment sa fan n°1. “Non, il n’a pas ramé tant que ça. On s’est vite très bien entendus, en tout (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite