Jean-Marie Bigard raconte comment il a sauvé un parfait inconnu du suicide

Jean-Marie Bigard n’a pas la langue dans sa poche. Après près de trois décennies à écumer les salles de spectacles pour y raconter ses blagues grivoises, il est aujourd’hui sans cesse épinglé pour son humour controversé. Le politiquement correct, ce n’est pas sa tasse de thé. C’est notamment depuis sa blague très polémique sur le viol que l’humoriste “le plus vulgaire de France”, comme l’appellent nos confrères de Valeurs Actuelles, voit les militant.es féministes se déchaîner contre lui. C’est d’ailleurs cette plaisanterie qui lui a coûté son amitié avec Muriel Robin, qu’il considère aujourd’hui comme une femme “pitoyable” qui “fait figure de collabo”, comme il le précise dans le magazine sorti en kiosques jeudi 6 février 2020. Mais Jean-Marie Bigard, au-delà de ses travers, n'hésiterait à penser à son prochain. Au cours de cette même interview, il a raconté une anecdote très touchante sur une lettre reçue de la part d'un de ses fans.

Jean-Marie Bigard règle ses dettes et lui sauve la vie

“Il sollicite mon aide parce que son cousin agriculteur est rincé, écrasé sous les dettes depuis que l'on a diminué le prix de sa viande et qu'il doit faire face à de nouveaux quotas”, explique-t-il. Si l’auteur de la lettre s’est permis de contacter l’humoriste, c’est pour une bonne raison : “Il craint que son cousin ne fasse une bêtise et ne finisse au bout d'une corde.” Inquiet, Jean-Marie Bigard décide d’appeler le fan en question. “Cette lettre que n’importe qui aurait foutue à la poubelle m’a bouleversé. Je lui ai demandé : ‘Quelle est l'étendue de ses dettes ?’ ‘50.000 euros’, m'a-t-il répondu”, raconte-t-il. Sans hésiter, il prend la décision de l’aider, lui qui peut “vivre avec 50.000 euros de moins”. Un geste incroyablement généreux, que son épouse Lola Marois ne comprend visiblement pas. “J’en parle à ma femme qui me répond : ‘Il y a quelqu’un que tu ne connais pas qui a un cousin, que tu ne connais pas non plus, qui est dans la merde et tu vas te plier en quatre pour lui

(...) Cliquez ici pour voir la suite