Publicité

Jean-Michel Aphatie va retrouver Yann Barthès chez « Quotidien »

Jean-Michel Apathie, ici sur le plateau du « Grand Journal ».

L’éditorialiste politique de France 5 et LCI rejoint les équipes de TMC à la rentrée pour une chronique quotidienne.

MÉDIAS - Le grand mercato du PAF se poursuit. Et ce lundi 22 mai, nous apprenons que c’est chez Quotidien qu’une figure bien connue du petit écran va faire son arrivée à la rentrée : Jean-Michel Aphatie.

Le journaliste de 64 ans, passé par le Grand journal sur Canal+ entre 2006 et 2015 où il a notamment croisé Yann Barthès, dit ainsi au revoir à France 5 (C l’hebdo) et LCI (24 Pujadas), les deux chaînes où il apparaît cette saison. C’est la deuxième fois qu’il va travailler avec le producteur de Quotidien (Laurent Bon), la première ayant été en 2004 au cours d’On ne peut pas plaire à tout le monde, émission présentée par Marc-Olivier Fogiel sur France 3.

L’information, d’abord révélée par Télérama, a ensuite été confirmée indirectement par Jean-Michel Aphatie sur Twitter, où il a repartagé le tweet du journaliste de l’hebdomadaire culturel.

D’après le magazine, le journaliste doit rejoindre Quotidien pour y assurer chaque jour une chronique politique. Il devrait disposer d’un jingle comme en bénéficient les autres chroniqueurs réguliers, à l’instar de la pastille culture d’Ambre Chalumeau.

« Plus habituée à promouvoir de jeunes talents en interne ou de nouveaux visages, [l’émission] fait le choix d’une figure expérimentée des arcanes du pouvoir, au ton bien à lui », lit-on chez Télérama.

La décision de Quotidien, souvent la cible des élus d’opposition (notamment de LFI) qui dénoncent un traitement trop souvent proche du pouvoir, n’est peut-être pas si anodine. Jean-Michel Aphatie a publié, en 2021, un essai intitulé Les amateurs, dans lequel il examine avec beaucoup de critiques le premier quinquennat d’Emmanuel Macron.

VIDÉO - Jean-Michel Aphatie : "Emmanuel Macron a mille fois raison d’être alarmiste. Il faut prendre conscience des immenses périls qui nous guettent"

Pour « sauver C’est encore nous » sur France Inter, une pétition réunit 50 000 signatures

La quotidienne de Charline Vanhoenacker sur France Inter s’arrête