Jean-Pascal Zadi : "Quand j'étais petit, être un réalisateur noir ça n'existait même pas !"

·1 min de lecture

La 46e cérémonie des César, vendredi soir à 21 heures, s’annonce particulière avec des centaines de projets de films à l'arrêt et des cinémas fermés en raison du contexte sanitaire, sans horizon quant à une prochaine réouverture. Mais cette remise de prix fait également suite à une édition 2020 marquée par le départ d'Adèle Haenel, à cause des trophées attribués à Roman Polanski, et les critiques autour de l'absence de parité et de diversité dans le milieu, à travers le discours de la comédienne Aïssa Maïga.

"Quand on est un comédien noir, on n'a pas les mêmes opportunités que quand on est blanc. Quand on est une femme, on n'a pas du tout les mêmes opportunités que quand on est un homme. Il fallait des gestes forts", a estimé ce vendredi, au micro d’Europe Soir, le comédien est réalisateur Jean-Pascal Zadi, lui-même nommé dans deux catégories, celle du meilleur espoir masculin et celle du meilleur premier film pour Tout simplement noir. Le comédien estime toutefois qu’il est important de se placer dans un "temps long", et de prendre en considération le chemin parcouru ces dernières années. "Quand j'étais petit, être noir au cinéma, être un réalisateur noir, ça n'existait même pas !", se souvient-il.

"Les choses avancent, constate Jean-Pascal Zadi, mais elles avancent lentement."

>>Retrouvez toutes les interviews en replay et en podcast ici

Secouer le cinéma français par des actes forts

"Le discours d’Aïssa Maïga et le fait qu’Adèle Haenel se soit levée ont servi, parce ...


Lire la suite sur Europe1