Jean-Pierre Pernaut malade ? Il raconte son quotidien de confiné avec sa femme et ses enfants

Face au coronavirus, Jean-Pierre Pernaut a décidé d’être prudent. Comme tous les Français, il suit la principale règle donnée par le gouvernement : rester chez soi pour limiter au maximum la propagation du virus. Alors, depuis mardi 17 mars 2020, le présentateur du JT de 13H sur TF1 a cédé sa place à son joker, Jacques Legros. Mais pas question pour lui de chômer : tous les midis, il se retrouve en direct sur la chaîne à la fin du journal pour présenter Le 13H à la maison, où il traite des sujets liés au confinement. "Ce n'est pas du télétravail, moi c'est de la télémaison. Ça me permet de rester en contact avec vous, de suivre l'information bien évidemment", a-t-il expliqué en direct sur TF1 après avoir légué son fauteuil pour une durée indéterminée.

⋙ Nathalie Marquay : son tendre message à son mari Jean-Pierre Pernaut confiné à cause du coronavirus

Jeudi 19 mars 2020, Jean-Pierre Pernaut a pris la parole sur LCI - toujours de chez lui - dans l'émission spéciale Coronavirus, la France à l'arrêt afin d'expliquer pourquoi il n’était plus aux commandes du JT. "Tout le monde me demande pourquoi. (...) Tout simplement car j’ai eu un cancer, je ne l’ai pas caché, il y a un peu plus d’un an… Et il paraît que le coronavirus aime bien les cancers, alors on a préféré avec Thierry Tuilier (Ndlr : directeur général adjoint information du groupe TF1) me mettre à l’abri", a-t-il expliqué. Non, il n’est pas malade.

Pour intervenir à la télévision, le journaliste de 69 ans a indiqué avoir aménagé un petit studio. Puis, lorsqu’il ne travaille pas, l’époux de Nathalie Marquay s’occupe comme il peut. "J’ai pu me balader un peu dans le jardin", a-t-il confié, "J'ai de la chance de vivre à la campagne avec un jardin, donc je peux sortir, profiter du soleil". Comme des milliers de parents, il est confiné... avec ses enfants. Voilà qui n'est pas toujours facile. "Il y a des problèmes d’internet, de temps en temps ça doit saturer, les cours on ne les reçoit pas, les devoirs, on a du mal à

(...) Cliquez ici pour voir la suite