Jean-Pierre Pernaut : ses surprenantes confidences sur sa scolarité

·2 min de lecture

Cette histoire va redonner de l’espoir à tous ceux qui ont des difficultés à l’école : la scolarité de Jean-Pierre Pernaut, icône du 13H de TF1 pendant des années, n’a pas été de tout repos… Comme il l’a raconté dans l’émission d’Anne Roumanoff sur Europe 1 Ça fait du bien mardi 16 février 2021. "À l’école, ce n’était pas terrible Jean-Pierre Pernaut… Mais vraiment pas !" remarque alors Anne Roumanoff. Le mari de Nathalie Marquay, qui a eu une belle surprise lors de la Saint-Valentin cette année, confirme : "Oui, c’est vrai… Comment vous savez ça ? Ah oui, je l’ai écrit dans le livre !" s’exclame-t-il avec un rire. "Vous avez redoublé combien de classes, Jean-Pierre ? s’enquiert Anne Rounanoff. La sixième ? La troisième ?" Le journaliste lève alors le mystère : "J’ai redoublé la sixième, j’ai redoublé la seconde, non pas la troisième ça s’est passé les doigts dans le nez. Et après, j’ai redoublé la terminale aussi…"

Jean-Pierre Pernaut ne s’est pas arrêté là, malgré deux échecs au bac : "En désespoir de cause, je suis allé faire mon service militaire pour le passer une troisième fois et je l’ai raté une nouvelle fois !" En effet, Jean-Pierre Pernaut n’a jamais eu son bac, mais n’en a aucune honte, il en a d'ailleurs déjà parlé plusieurs fois. "Vous n’avez pas le bac ?" s’étonne l’humoriste. "Non ! " confirme-t-il, mais sa fille, Lou, qui a fêté ses 18 ans lors du confinement, fait sa fierté puisqu’elle a eu le sien, et avec mention. Heureusement, ses échecs n’ont pas terni sa passion pour le journalisme, qu’il avait depuis ses 13 ans et son stage au Courrier Picard, mais aussi grâce à la revue locale qu’il tenait avec les autres enfants du village et un de ses instituteurs. Il a ainsi pu passer le concours de l'École supérieure de journalisme de Lille, qui, à l'époque, acceptait encore les non-bacheliers s'ils avaient déjà fait leur service militaire.

À lire aussi : Jean-Pierre Pernaut : son coup de gueule contre ces "ordures" qui se sont permis de traiter sa femme "de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite