Jean Rochefort : sa fille se souvient avoir eu un pressentiment un an avant sa mort

·2 min de lecture

Il y a trois ans, le monde du cinéma pleurait la perte d'un de ses plus grands acteurs : Jean Rochefort mourrait le 9 octobre 2017 à l'âge de 87 ans laissant derrière lui une carrière longue de soixante ans. Jean-Paul Belmondo, Mylène Farmer, Guillaume Canet… Les stars avaient été nombreuses à répondre "Présent" pour un dernier adieu à la star du Crabe-tambour le jour de ses obsèques. Mais le monde du cinéma n'est pas le seul à avoir pleuré l'acteur légendaire, qui avait eu cinq enfants : Marie et Julien, nés de son union avec Alexandra Moscwa, puis Pierre, né de son histoire d'amour avec Nicole Garcia et enfin Louise et Clémence, fruits de son mariage avec Françoise Vidal.

Clémence, née en 1992 et plus jeune des enfants du comédien, publie à l'occasion des trois ans de la disparition de son père un livre, qui revient sur la fin de vie de Jean Rochefort, intitulé Papa. Dans ce récit intime, on en apprend beaucoup sur l'humilité de l'acteur qui, malgré sa grande expérience du métier, avait toujours des craintes avant d'attaquer un nouveau projet : "Même à 80 ans, mon père doutait de lui avant de commencer un film. Il n'était blasé de rien. Tout l'émerveillait". A l'occasion de la promotion de ce livre, Clémence s'est confiée à nos confrères de Télé Star et a expliqué à quel point les dernières années de vie de son père avaient été difficiles à vivre pour elle : "Le voir vieillir était une souffrance pour moi. En revanche, son âge avancé a fait qu'on a été très proches. On avait une conscience aiguë que notre temps était compté".

De plus, la jeune femme de 28 ans révèle qu'un pressentiment l'avait habitée quelques mois avant la mort de Jean Rochefort : "Quand il m'a dit qu'il ne pouvait plus enregistrer 'Les boloss des belles lettres' (diffusés sur France 5) en 2016, je me suis dit que c'était la fin. Il est mort en 2017". Malgré la peine provoquée par cette perte tragique, Clémence l'admet : "Je me demandais toujours comment ça allait se passer. Le seul soulagement que (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite