Jeans : 5 conseils pour bien le choisir après 50 ans

Doit-on s’interdire le jean sous prétexte qu’on a déjà soufflé ses 50 bougies ? Surtout pas. Ce pantalon en denim tout droit venu du vestiaire des cowboys américains est rentré dans la garde-robe des femmes depuis des décennies, l’aidant à affirmer son pouvoir et sa liberté. Mais peut-on porter le jean à 50 ans comme on le portait aussi librement qu’à 20 ans ? Pas complètement...

Astuce 1 : Stop aux fantaisies et aux détails trop tendance

Quand on dit fantaisie, on pense en vrac : moustaches au niveau des poches ou des genoux, tissu troué par endroit et effiloché, toile neige, délavage trop prononcé... Sur une femme jeune, ça peut être joli. Sur quelqu’un qui a un peu de bouteille, ça peut vite faire « je veux paraître jeune et tendance à tout prix ». Pour rester élégante en jean au-delà de 50 ans, rien de mieux qu’un modèle en denim brut qui a le chic de s’associer facilement à toute la garde robe. Autre alternative tout aussi classe : un jean blanc sans fioritures à adopter même en plein hiver. Associé à un gros pull, à des bottines plates et à un long manteau marine ou camel, c’est l’assurance d’une silhouette façon Inès de la Fressange !

Astuce 2 : Oui au 7/8ème

Cristina Cordula pourrait vous le dire elle-même : c’est LA longueur qui va à tout le monde. En dégageant la cheville ni trop (pas d’effet « feu de plancher ») ni trop peu, le jean 7/8ème apporte un soupçon de féminité valable à tout âge. Et à 50 ans, adopter un 7/8ème bien coupé (confortable aux cuisses et resserré sur les mollets), c’est quand même autrement plus classe que cette manie qui consiste à roulotter ses bas de jean quand il sont trop longs. Bien aussi : le slim. Si vous avez la chance à 50 ans et quelques d’avoir des jambes élancées malgré des hanches plus larges et un petit ventre, ne vous interdisez pas ce basique de la garde-robe. Il suffira de faire blouser un top par-dessus et de lui ajouter une veste ajustée pour structurer la silhouette et flouter cette partie du corps (le ventre donc) qui

(...) Cliquez ici pour voir la suite