Jennifer Lawrence évoque la publication de ses photos nues par Jean-Marie Bigard

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

L’humoriste français avait publié en juillet dernier, dans son magazine, cinq photos volées de Jennifer Lawrence nue.

Le 24 décembre prochain sortira sur Netflix « Don’t Look Up », un film avec pour têtes d’affiche Leonardo DiCaprio et Jennifer Lawrence. L’actrice fera en effet son grand retour à l’écran après une pause de deux ans dans sa carrière. Pour célébrer l’arrivée de ce nouveau long-métrage, l’actrice de « Hunger Games » a pris la pose en couverture de l’édition américaine de « Vanity Fair ». 

Dans un long entretien, elle s’est confiée sur les raisons l’ayant poussée à mettre sa carrière entre parenthèses. La comédienne a notamment expliqué que le piratage de ses photos nues par un hacker, en 2014, l’avait fortement ébranlée : « Tout le monde peut regarder mon corps nu sans mon consentement, à n'importe quel moment de la journée. » 

Jean-Marie Bigard condamné

Une blessure dont Jennifer Lawrence n’arrive pas à guérir : « Quelqu'un en France les a publiées. Mon traumatisme existera pour toujours. » L’actrice fait ici référence à Jean-Marie Bigard. En juillet 2021, l’humoriste français avait publié dans « Bigard Magazine » cinq photos nues de l’actrice. Ses avocats avaient immédiatement portés plainte. Le 7 octobre dernier, la société Medialyd, éditrice du magazine de Bigard, avait été condamnée par le tribunal de Nanterre pour « atteinte à l’intimité de sa vie privée, doublée d’une atteinte au droit dont elle dispose sur son image ». Elle avait dû verser 20 000 euros de dommages et intérêts...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles