Jennifer Lawrence se confie sur ses fausses couches (et c'est important)

Abaca
Abaca

Dans les pages du numéro d'octobre de Vogue, Jennifer Lawrence s'est exprimée au sujet de la révocation du droit à l'avortement par la Cour suprême des Etats-Unis. Un sujet qui la touche personnellement et a suscité en elle une vive indignation.

"C'est (l'avortement] une décision trop personnelle dans la vie d'une femme pour regarder des hommes blancs débattre au sujet des utérus alors qu'ils sont incapables, du fond de leur coeur, de trouver un clitoris", a ironisé l'actrice de 32 ans, qui a accouché d'un petit Cy en février 2022. Une manière de remettre les points sur les i tout en tirant la sonnette d'alarme. Mais ce n'est pas tout.

Une prise de parole intime

L'actrice américaine a également profité de cet échange pour évoquer de douloureuses expériences : ses fausses couches. "J'ai fait une fausse couche seule, à Montréal", détaille-t-elle, précisant qu'elle avait décidé d'avorter "à 100 %". Elle confie avoir une seconde fausse couche en 2021, durant le tournage du film Netflix Don't Look Up. Elle avait alors dû subir une opération pour retirer des tissus de l'utérus.

"Je me rappelle y avoir pensé un million de fois pendant ma grossesse", déclare-t-elle. "Je pensais aux choses qui arrivaient à mon corps. Et j'ai eu une excellente grossesse. J'ai eu une grossesse très chanceuse. Mais chaque seconde de ma vie était différente. Et il me venait parfois à l'esprit : 'Et si on me forçait à faire ça ?'.

Un témoignage...

Lire la suite


À lire aussi

Pourquoi la tribune de Meghan Markle annonçant sa fausse couche est importante
Cher parle de ses trois fausses couches (et c'est important)
Après 9 ans de prison pour fausse couche, le cauchemar de Sara Rogel est enfin fini