Le plus jeune député de la Ve République : qui est Tematai Le Gayic, 21 ans, élu en Polynésie ?

© Gregory BOISSY / AFP

À 21 ans seulement, l’indépendantiste polynésien, soutenu par la Nupes, a été élu député de la première circonscription de Polynésie. Il devient le plus jeune député de l’histoire de la Ve République.

C’est une première historique. La première circonscription de Polynésie a élu le plus jeune député de l’histoire de la République française. Le candidat de 21 ans, soutenu par la Nupes, était pourtant arrivé en seconde position au premier tour, derrière le candidat de la majorité présidentielle.

À lire >> DIRECT. Législatives 2022: suivez le second tour des élections avec ELLE

Né en 2000 à Papeete, Tematai Le Gayic a grandi à Tubuai, une île de l'archipel des Australes, puis à Tahiti. Il a obtenu une double licence en sciences politiques et en histoire à l'université Paris 8 Vincennes-Saint Denis, avant d'intégrer un master de recherches en sciences politiques à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), suspendu pour mener campagne en Polynésie.

Excellent orateur en français comme en tahitien, il a plusieurs fois été primé lors de concours de déclamation et de danse tahitienne. Il a également dirigé un groupe de chant traditionnel.

L’accession à la pleine souveraineté de la Polynésie française au cœur de son programme

Lors de ses études, il a présidé l'Association des étudiants de Polynésie française (AEPF) puis la Fédération des associations des étudiants de Polynésie française (FAEPF). Dans le cadre de ces fonctions, il a lutté contre la précarité étudiante et défendu l'accès à la culture à travers des cours de tahitien et de danse polynésienne.

Le socle de son engagement politique ? L'accession...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles