Joël Dicker : "Mon succès est surtout celui de Bernard de Fallois"

·1 min de lecture

Un mentor, un ami, presque un membre de la famille. Bernard de Fallois a eu un rôle très important dans la vie de Joël Dicker. Preuve en est, dans son dernier livre, L'Énigme de la chambre 622, il est omniprésent. Invité d'"Icônes" samedi sur Europe 1, l'écrivain à succès revient sur le rôle qu'a eu son ancien éditeur, décédé le 2 janvier 2018 à l'âge de 91 ans, dans sa carrière. "Mon succès est un peu le mien, mais c'est surtout le sien", explique-t-il.  

Le premier à "me considérer en tant" qu'écrivain

Quand je l'ai rencontré, j'étais un écrivain très contrarié parce que j'avais écrit des livres que personne ne voulait lire, qui n'existait pas en tant que roman. C'était du papier chez moi..." se souvient Joël Dicker. Une situation complexe pour l'écrivain qui pointe sur notre antenne sa difficulté à se considérer en tant que tel sans que son public, quasi inexistant à cette époque, ne le fasse aussi. "Et Bernard de Fallois a été le premier à me le dire, à me considérer en tant que romancier."

Plus qu'un mentor, Bernard de Fallois a été "celui qui a permis l'éclosion" de Joël Dicker et lui a offert la possibilité "d'affirmer et d'être ce [qu'il] est à l'intérieur : un écrivain". "Bernard de Fallois a été un homme extrêmement important parce qu'il m'a donné cette envie de vivre, d'être qui je suis."

>> LIRE AUSSI - Attendre que le temps passe, dessiner... Plongée au cœur du processus d'écriture de Joël Dicker

Un succès en grande partie dû à Bernard de Fallois

D'ailleurs, ...


Lire la suite sur Europe1