Joaillerie : pleins feux sur le « purple-pink »

Hervé Dewintre
·1 min de lecture
« The Spirit of the Rose » – un diamant purple-pink de 14,83 carats – s'est vendu 26,6 millions de dollars chez Sotheby's à Genève le 11 novembre. 
« The Spirit of the Rose » – un diamant purple-pink de 14,83 carats – s'est vendu 26,6 millions de dollars chez Sotheby's à Genève le 11 novembre.

Le 3 novembre dernier, la mine de diamants d'Argyle a annoncé la cessation définitive de ses activités. Situé dans le nord-ouest de l'Australie, ce gisement exploité par le géant Rio Tinto a fourni à lui seul, depuis son ouverture en 1985, quasiment 90 % de la production mondiale de diamant rose. Aujourd'hui, le filon est épuisé. La réhabilitation des terres ? qui s'étalera sur plusieurs années ? va débuter. Le site sera restitué aux aborigènes. Sur le marché du diamant, cette fermeture aura de nombreuses conséquences. Car s'il est peu connu des profanes, le mot Argyle faisait depuis 37 ans le délice d'une poignée de marchands ? comme le diamantaire Optimum Diamonds LLC situé sur la 5e avenue à New York ou encore les maisons londoniennes Moussaieff et Graff ? qui pouvaient chaque année, sur invitation seulement, participer à l'appel d'offres (des enchères scellées) effectué à huis clos par l'exploitant minier. De quoi affoler les collectionneurs avertis. Avertis et fortunés : le ticket d'entrée pour posséder un diamant rose issu de la mine est élevé. Ici le moindre carat vaut un bon million d'euros. Il en vaudra encore davantage maintenant que le filon australien s'est tari.

C'est Sotheby's qui a assuré la vente du diamant à Genève le 11 novembre dernier. © The Image Gate / The Image Gate / The Image Gate for Sotheby'sLa mise en vente cette semaine à Genève, d'un diamant rose violacé (ou selon le jargon en vigueur « purple-pink ») de 14,83 carats, taille [...] Lire la suite