Jodie Foster dans « Désigné Coupable » : « Tahar Rahim était tout simplement parfait »

·1 min de lecture

Dans « Désigné Coupable », ils portent à l’écran l’histoire vraie de Mohamedou Ould Slahi, un prisonnier mauritanien torturé à Guantánamo. À l’occasion de la sortie en salles du film ce mercredi, rencontre avec Jodie Foster et Tahar Rahim.

Sa performance lui a valu la nomination du meilleur acteur lors de la prestigieuse cérémonie des Golden Globes, en mars dernier. Membre du jury présidé par Spike Lee pour la 74ème édition du Festival de Cannes – qui se tient actuellement sur la Croisette – Tahar Rahim est à l’affiche de « Désigné Coupable », ce mercredi 14 juillet. Un long-métrage réalisé par Kevin Macdonald et adapté du livre « Les Carnets de Guantánamo », dans lequel il lève le voile sur l’histoire vraie de Mohamedou Ould Slahi, un prisonnier mauritanien torturé à Guantánamo, sans jugement ni inculpation, suite aux attentats du 11 septembre 2001. À ses côtés, l’actrice oscarisée Jodie Foster incarne l’avocate Nancy Hollander, bien déterminée à ce que justice soit rendue pour son client. Une œuvre poignante, empreinte d’une humanité extraordinaire, qui ne fait que confirmer le talent des deux acteurs. Rencontre.

ELLE. Le film « Désigné Coupable » raconte l’histoire vraie de Mohamedou Ould Slahi. La connaissiez-vous avant de prendre part au projet ? 

Jodie Foster. Je ne connaissais définitivement rien de son histoire avant de faire le film. Comme beaucoup, j’ai été très touchée par les attentats du 11 septembre mais je pense que je ne voulais pas penser à tout ce qu’il y avait derrière. Lire le script a été un moyen d’ouvrir les yeux et lorsque je l’ai lu pour la seconde fois, j’ai été fascinée, presque obsédée, à l’idée d’en...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles