Johnny Hallyday : le cercueil du chanteur transféré dans un caveau, une victoire pour Laeticia Hallyday

La fin d’un chapitre… et le début d’un autre ? Après des mois de négociations et de débats par médias interposés, Laeticia Hallyday a réussi à obtenir le transfert de la tombe de Johnny au cimetière de Lorient, à Saint-Barthélemy. C’est la veuve du rockeur elle-même qui a annoncé la nouvelle via son compte Instagram, mercredi 15 janvier 2020 au matin. “Johnny repose enfin dans sa dernière demeure, sur l'île de Saint-Barthélemy”, écrit-elle. “C'était le choix d'un homme libre, qui a trouvé ici la paix à laquelle il aspirait. Les démarches ont été accomplies avec professionnalisme, dans le respect de ses volontés. Je remercie de tout mon cœur tous ceux qui y ont contribué.” Le transfert aurait eu lieu dans la nuit du mardi 14 au mercredi 15 janvier 2020, a précisé l’entourage de Laeticia Hallyday à l’AFP. La nouvelle ne devrait toutefois pas faire plaisir à sa belle-fille, Laura Smet, qui s’était opposée à l'exhumation, affirmant qu’elle n’avait pas été prévenue par le mannequin.

⋙ Laura Smet choquée par l’exhumation de Johnny Hallyday : "Je ne m’en remettrai jamais"

Leur brouille avait repris de plus belle au lendemain de Noël, le 26 décembre 2019. Laura Smet avait alors publié un coup de gueule via son compte Instagram après les révélations du Parisien, rapportant que la sépulture de Johnny s'apprêtait à être déplacée... et ce malgré la suspension de l'exhumation qu'elle avait obtenue quelques semaines plus tôt, ulcérée de ne pas avoir été consultée. Selon l'avocat de Laeticia Hallyday, qui affirme que David Hallyday aurait lui été consulté, la tombe aurait été menacée par “le sable de mer, très corrosif” ainsi que par les “crabes de terre.” Résultat : Laeticia Hallyday demandait “l'autorisation de déplacer le cercueil dans un caveau adjacent.” Un caveau familial construit par la veuve du rockeur elle-même.

“Je suis choquée du communiqué de Maitre Gauer, conseil de Laeticia", répondait Laura Smet sur ses réseaux sociaux. "Depuis le décès douloureux de mon père, je n’ai

(...) Cliquez ici pour voir la suite