Johnny Hallyday : Laura Smet a-t-elle empêché la réalisation d’un biopic ?

·2 min de lecture

Johnny Hallyday n'aura jamais autant fait parler de lui que depuis ces dernières années. Le Taulier, décédé le 5 septembre 2017, est depuis le sujet de divers désaccords familiaux mêlant sa veuve, Laeticia Hallyday, et ses enfants, Laura Smet et David Hallyday. L'héritage de l'interprète de Marie a par ailleurs été source de tensions, et ce, pendant plusieurs mois. Malgré cela les hommages ne cessent de pleuvoir. Après la sortie le 19 octobre 2018 de Mon pays c’est l’amour, dernier album enregistré par Johnny Hallyday, Laeticia Hallyday a entamé la promotion du documentaire intitulé À nos promesses, retraçant le dernier Road Trip de l'Idole des jeunes. Et la mère de Jade et Joy ne semble pas être la seule à vouloir rendre hommage à Johnny Hallyday. En effet, la maison de disques Universal a décidé de préparer un biopic sur la vie du chanteur. Et pour réaliser ce projet, la célèbre firme a fait appel à Olivier Marchal. Une proposition qui a ravi le réalisateur. "On m'a abordé durant le confinement pour faire un biopic sur Johnny Hallyday. J'ai eu la chance de le connaître. Je l'aimais beaucoup, c'était une grande vedette et j'étais très flatté de cette demande" a-t-il déclaré dans les colonnes du Parisien. Malheureusement, Olivier Marchal a décidé de faire machine arrière, et les tensions entre Laura Smet et Laeticia Hallyday ne sont pas anodines.

Si la nouvelle concernant la réalisation d'un film retraçant la vie de Johnny Hallyday aurait pu ravir sa famille, Laura Smet a fait part de sa surprise, sur Instagram, en apprenant l'information "J'apprends dans la presse qu'un biopic sur mon père serait en préparation. Je suis stupéfaite qu'on a pas jugé utile de me prévenir ni de me consulter". Considérant que cette initiative est complètement irrespectueuse, la jeune femme a déclaré "Merci de respecter notre famille, merci de respecter notre deuil". Des propos qui ont dû résonner dans la tête d'Olivier Marchal, qui a finalement décidé de ne pas donner suite au projet "J'ai (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite