• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

“Johnny Hallyday va mourir cette semaine” : comment Nathalie Marquay avait prédit le décès du Taulier

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

C’est un don qu’elle avait caché toute sa vie, afin d’éviter d’être prise “pour une folle”. Mais elle a visiblement changé d’avis. Jeudi 16 septembre 2021, Nathalie Marquay publiera ainsi son nouveau livre Moi, j’y crois - Mes anges, mes guides, mes prémonitions…,aux éditions Guy Trédaniel. Un ouvrage dans lequel elle se confie sans tabou sur ses dons mystiques, et notamment sur sa faculté à lire l’avenir à travers des rêves prémonitoires. A l’occasion de cette sortie, Miss France 1987 a accepté d’accorder une interview à Femme Actuelle, que vous pouvez retrouver dans notre vidéo ci-dessus. L’épouse de Jean-Pierre Pernaut y raconte ses étonnants cauchemars, qui annoncent souvent de très mauvaises nouvelles. C’est ainsi qu’elle avait prédit la mort de l’une des plus grandes stars de la chanson française : Johnny Hallyday.

Quelques jours à peine avant le décès du Taulier, le 5 décembre 2017, Nathalie Marquay a fait un rêve étrange : “Je suis avec Johnny sur une estrade, aux Champs-Elysées. C’était rempli de monde et, ce qui était étonnant, c’est qu’il n’y avait aucun arbre”, se souvient-elle face à notre caméra. “On devait signer des autographes, il rigolait et me disait : ‘Mais ne t’inquiète pas, c’est génial !’”, poursuit-elle. C’est en émergeant de son sommeil agité que la comédienne a compris que quelque chose n’allait pas. Et comme toujours, son mari en a été le premier informé : “Là, je me réveille et je dis à Jean-Pierre : ‘Johnny va mourir cette semaine…’”, nous révèle-t-elle (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles