Joséphine Baker : le secret de son parfum français qu’elle ne quittait jamais… On peut encore l’acheter

·1 min de lecture

Joséphine Baker se distinguait, entre autres, par une signature beauté singulière faite de cheveux plaqués et gominés. L’artiste militante affectionnait un parfum français, dont le design du flacon a inspiré la décoration de sa salle de bain… Explications.

Quarante-six ans après sa mort survenue le 12 avril 1975 à l’âge de 68 ans, Joséphine Baker entre au Panthéon, faisant d’elle la sixième femme à recevoir cet honneur.

Sa légende et son triomphe sont scellés lors de sa représentation au théâtre des Champs-Élysées en 1925. La danseuse apparaît seins nus, la taille soulignée d’une ceinture de plume.

La meneuse de revue fait des cheveux courts, plaqués et gominés sa signature. Pour maintenir sa coiffure, elle utilise de la brillantine Bakerfix d’autres avancent qu’il s’agit plutôt de bandoline, un produit cosmétique fixatif destiné aux cheveux.

Dans un entretien accordé à Marseille-Matin le 21 novembre 1931, elle confie « Je n’ai pas la prétention d’être jolie. J’ai les genoux pointus et les seins comme un garçon de dix-sept ans. Mais si mon visage est maigre et laid, si les dents me sortent de la bouche, mes yeux sont beaux et mon corps intelligent ».

Joséphine Baker a bien d’autres secrets beauté. La star affectionnait un parfum en particulier : Arpège signé Lanvin apprend-on dans un article de Sud-Ouest Art&Décoration. Façonné dans un verre noir rehaussé d’or, le flacon a même inspiré la décoration de sa salle de bain personnelle située au château des Milandes. Cette pièce somptueuse a été modelée avec des matériaux nobles choisis dans les tons exacts de la célèbre bouteille contenant sa fragrance fétiche.

Un bouquet musical

Lancé en...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles