Le jour où Nicolas Sarkozy découvre Carla Bruni sous la douche et un homme dans son salon

Les indiscrétions se multiplient ces derniers temps au sujet de Carla Bruni. Ses fans savent que l’ex-Première dame n’aime rien tant que publier sur les réseaux sociaux des photos des bons moments qu’elle passe en famille, entre amis, ou avec sa fille Giulia. Au point que son compte Instagram fourmille de vieux clichés de son frère Virginio, de sa mère Marisa et de ses virées à poney ou en bateau avec la petite Giulia. Pourtant il y a des pans de sa vie sur lesquels la chanteuse ne communique jamais. A l’image de ce dîner avec Brigitte et Emmanuel Macron qu’elle a voulu tenir secret.

Il est aussi un épisode pour le moins délicat dont personne n’aurait eu connaissance si Pascal Rostain, le photographe et célèbre paparazzi n’avait pas fait quelques confidences truculentes à Paris Match (dont ses photos ont souvent fait la couverture). Dans le podcast intitulé Paris Match Stories, ce dernier raconte la relation de complicité et de confiance qu’il entretient avec Carla Bruni. Et qui l'a conduit à se retrouver dans une position on ne peut plus gênante.

A l'époque Nicolas Sarkozy est alors Président de la République. Ce jour-là, il reçoit le président israélien Shimon Peres à l’Elysée. De son côté Carla Bruni est partie en virée avec son ami Pascal Rostain, qui la raccompagne en mobylette et ne résiste pas au plaisir de visiter le Palais comme le lui propose la Première dame. "La porte est ouverte et je vois la garde républicaine, un tapis rouge, tous les journalistes […] Je dis : 'Mais Carlouche, c'est quoi ce bordel ?'. Elle me répond : 'Oh c'est normal, il y a une visite, ils bossent'. Donc on passe par derrière et là, on fait une perquisition de l'Elysée ! Je prends évidemment des photos de la cave à vin, des cuisines, des bureaux, des jardins !""

Allongé sur le canapé, un cigare à la bouche

Ne me demandez pas pourquoi, mais après cette visite des lieux, Carla Bruni décide de faire monter Pascal Rostain dans les appartements privés du président de la République, et l’invite

(...) Cliquez ici pour voir la suite