« Une journée pour soi » : un livre nécessaire pour entendre la parole des femmes précaires

Emilie Poyard

En avril dernier, nous vous parlions de Christiane, Nora et Oumou. Comme 400 autres femmes en situation de précarité, elles ont été invitées par le Secours populaire et LVMH à vivre une escapade baptisée « Une journée pour soi ». Certains de leurs témoignages très forts - recueillis par la réalisatrice Claire Lajeunie - sont aujourd’hui compilés dans un livre, ainsi que leurs photographies réalisées lors de cette précieuse journée. L’occasion d’entendre la parole de ces femmes, comme celle de Marie avec qui nous avons pu échanger.

Une pause nécessaire dans un quotidien souvent chaotique. Entre le 27 février et le 21 mars dernier, à Saint-Denis, Boulogne-Billancourt, Marseille, Roubaix, Reims, et Carcassonne, 400 femmes en situation de précarité ont été invitées par le Secours populaire et LVMH à participer à la première édition d’« Une journée pour soi ». Elles ont d’abord été maquillées par des pros de la beauté puis shootées par des photographes de renommée, avant de visiter un lieu culturel comme la Fondation Louis Vuitton à Paris, la Piscine-Musée d’art et d’industrie André Diligent à Roubaix ou encore la Cité de Carcassonne.

Le tout sous la houlette bienveillante de Claire Lajeunie, à l’origine du très bon documentaire « Femmes invisibles. Survivre dans la rue » dont on vous parlait ici. La réalisatrice a donné la parole à ces femmes, elles qu’on entend si peu. Leurs portraits photographiques et leurs témoignages sont à découvrir dans le livre « Une journée pour soi », dont le bénéfice des ventes sera reversé au Secours populaire. Parmi les participantes, Marie (en photo ci-dessus). Le cousin de son père n’était autre que le peintre Henri Matisse. Elle s’est confiée à Claire Lajeunie. Une première pour elle. Difficile de mettre des mots sur une vie qui dégringole d’un coup, et surtout encore faut-il être écoutée. Marie a participé à la journée avec l’une de ses amies, réfugiée politique. « Certaines des autres...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi