Journée sans voiture à Paris : un tiers de dioxyde d'azote en moins dans l'air, selon un premier bilan d'Airparif

franceinfo avec AFP
Les grands axes comme les ruelles ont été rendues piétons dans la capitale, de 11h à 18h. Cette quatrième Journée sans voiture a permis une baisse de NO2 dans l'air de 28 à 35%.

Les rues de Paris sont restées fermées, dimanche 16 septembre, à la circulation des voitures et deux-roues motorisés. Cette quatrième Journée sans voiture a permis un recul du dioxyde d'azote (NO2) dans l'air de 28 à 35% selon un premier bilan d'Airparif. Ces "baisses significatives" ont été observées à Haussmann, Opéra, quai des Célestins et sur les Champs-Élysées, par rapport à un dimanche comparable sans restrictions de trafic, selon l'organisme indépendant de suivi de la qualité de l'air.

Le bilan porte sur la période 11h-17h. Plus les heures s'écoulent, plus les résultats s'améliorent. "Ça fonctionne assez bien, on voit rapidement l'impact" d'une telle mesure, souligne Amélie Fritz, d'Airparif. Le NO2 est à Paris majoritairement émis par le trafic routier, en particulier les véhicules diesel. Gaz irritant favorisant l'asthme et les affections pulmonaires, il est responsable de 75 000 décès prématurés par an en Europe, selon l'Agence européenne de l'environnement.

"Moins pollué, plus agréable et plus apaisé"

Les grands axes comme les ruelles ont été rendues entièrement piétons, de 11h à 18h, à Paris. Seuls les véhicules de dépannage, les véhicules d'urgence et de secours, celles des personnes handicapées, autobus touristiques, camions de déménagement autorisés et autobus, pouvaient rouler. Ces derniers, ainsi que les taxis, étaient limités à 30 km/h, voire 20 km/h dans les quatre premiers arrondissements. Le (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi