Des journalistes de BFMTV verbalisés dans un restaurant clandestin ? La chaîne réagit

·2 min de lecture

Depuis des mois, les bars et restaurants sont fermés. Si la plupart des Français s’en accommodent, à contre-cœur, d’autres n’ont pas peur de désobéir. Ainsi, certains restaurateurs en crise ont décidé de faire fi des restrictions sanitaires et d’ouvrir leurs portes malgré tout… et les clients sont au rendez-vous. Pire encore, ce sont souvent ceux desquels on attend un grand respect de la loi. Fin janvier 2021, dix magistrats avaient ainsi été verbalisés par la police en plein déjeuner dans un établissement situé devant la Cour d’appel de Paris. Des pratiques que condamne fermement Philippe Etchebest, qui s’est pourtant érigé en porte-parole du secteur de la restauration, multipliant les coups de gueule à la télévision depuis le début de la pandémie. Mercredi 3 mars 2021, Le Canard enchaîné a fait de nouvelles révélations suscitant la polémique. Cette fois-ci, ce sont des journalistes et des médecins qui se seraient fait griller dans un restaurant clandestin.

Le 24 février dernier, selon le journal satirique, des policiers ont effectué un contrôle dans un établissement situé au rez-de-chaussée du siège du groupe Altice (qui détient notamment BFMTV) dans le 15e arrondissement parisien. Nos confrères affirment que des journalistes de la chaîne d’info en continu “faisaient la bamboche” à table, en compagnie de cadres de l’AP-HP (Assistance publique – Hôpitaux de Paris) et d’un gradé de la brigade des sapeurs-pompiers de la capitale. La vingtaine de convives aurait été verbalisée, tandis que le chef du restaurant a été placé en garde à vue pour “mise en danger de la vie d’autrui”. Le jour-même, le magazine Capital révélait que la brasserie “Aux 3 Présidents” n’aurait jamais fermé ses portes… et appartiendrait d’ailleurs au PDG d’Altice, Patrick Drahi.

Quelques heures après ces révélations, le directeur de BFMTV a tenu à réagir. Sur son compte Twitter, Marc-Olivier Fogiel a fermement démenti les informations de ses confrères : “Pour boucler la journée, contrairement aux rumeurs (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite