Julie Gayet : ce qui la désole dans sa relation avec François Hollande

Qu’il est loin, le temps où Julie Gayet et François Hollande vivaient leur amour cachés. Même s’ils ne sont pas du genre à s’afficher à tire-larigot pour autant, à faire régulièrement des paparazzades pour des magazines en papier glacé, ils ne se gênent plus pour évoquer leur vie privée ou pour pointer le bout de leur nez ensemble à des soirées. Le 22 octobre 2019, les amoureux se sont même montrés bras dessus, bras dessous au 26e Gala pour l’Espoir, avec, en prime, les parents de l'actrice. Lors d’un entretien récemment accordé au Figaro et publié par le biais d’un portrait mardi 19 novembre 2019, la comédienne, également productrice, s’est laissée aller à quelques confidences sur sa vie privée, justement. La femme d’affaires a notamment donné son avis sur la médiatisation de sa relation.

Dans le papier du quotidien, on apprend ainsi que Julie Gayet revendique une certaine “schizophrénie médiatique” après qu’un hebdomadaire a publié son baiser échangé avec l’ex-Président à l’aéroport Charles-de-Gaulles. “J’ai toujours essayé d’être discrète et de dresser un mur entre ma vie privée et ma vie professionnelle”, dit-elle. “Je le faisais déjà avec le père de mes enfants.” Et la journaliste de reconnaître que l’on n’a, pourtant, “jamais autant parlé d’elle que depuis qu’elle est avec François Hollande.” A cela, Julie Gayet rappelle : “J’ai fait la couverture de magazine et créé ma société de production bien avant de le rencontrer. J’ai tenté de tenir la barre, de conserver ma ligne de conduite, de continuer à faire ce que je faisais.”

⋙ Julie Gayet : qui est Santiago Amigorena, son ex-mari et père de ses enfants ?

Il est vrai que Julie Gayet n’a pas attendu son Président pour gravir les échelons. C’est toute seule qu’elle a commencé la comédie, toute seule, encore, qu’elle a lancé sa boîte de production et toute seule, enfin, qu’elle poursuit dans cet univers son petit bonhomme de chemin. Alors sa réussite, elle ne la doit qu’à elle-même. Et si sa notoriété - qui a certes,

(...) Cliquez ici pour voir la suite