Julien Clerc raconte "Ma petite terre" et "Brexit" , les chansons de ses exils

·1 min de lecture

Ses textes sont écrits par d'autres, mais cela ne l'empêche pas de chanter sa propre histoire. Julien Clerc publie Terrien, un nouvel album dans lequel il chante notamment ses racines guadeloupéennes avec Ma petite terre, écrite par Marc Lavoine, et son attachement pour l'Angleterre avec Brexit, écrite par Paul Ecole. Le chanteur raconte dans Culture Médias pourquoi il a choisi ces deux textes qui résonnent avec son histoire intime.

Selon lui, Marc Lavoine s'est nourri des discussions qu'ils ont eues ensemble. "Il y a quelques années, Marc était sur une radio où il avait une émission, qui était très bien d'ailleurs", se souvient Julien Clerc. "On avait fait une grande interview. Je suppose qu'il s'en est inspiré."

>> Retrouvez Musique ! tous les jours de 20h à 22h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

"Le Brexit à travers une histoire d'amour qui a pris fin"

D'autant que Marc Lavoine a lui-même un attachement particulier pour cette thématique. "Les Antilles, c'est quelque chose qui touche beaucoup Marc sur un plan personnel. Donc il aime bien creuser ce sillon-là dans ses textes", précise ainsi Julien Clerc. "Il m'avait déjà écrit une chanson sur Aimé Césaire, qui était sur le dernier album. Et là, je trouve qu'il a recommencé avec bonheur."

Dans Terrien, Julien Clerc chante aussi une autre île, moins lointaine par la géographie, mais peut-être désormais plus distante par le cœur : l'Angleterre, où le chanteur a vécu cinq ans. Dans la préparation de ce nouvel...


Lire la suite sur Europe1