Julien Courbet : ce passé qu'il a choisi d'oublier

Sans aucun doute, Julien Courbet est l'un des animateurs phare de la télévision et de la radio. En plus de trente ans de carrière, il a présenté et produit de nombreuses émissions sur différentes chaînes. Ce touche-à-tout, épaulé par sa femme Catherine, a un bon Capital sympathie auprès d'un public qu'il a longtemps tenté d'aider. Lors de notre interview pour parler de sa dernière émission Qui veut être mon associé ? sur M6, l'animateur de 54 ans a accepté, en toute franchise, de répondre à un quiz autour des titres de quelques-unes de ses émissions. Il révèle notamment ce passé qu'il a choisi d'oublier ou plutôt de changer...

Femme Actuelle : Si vous deviez choisir, Sans aucun doute, entre Julien ou Frédéric, votre prénom d'origine ?J.C. : Julien ! C'est devenu mon vrai prénom. Officiellement, je suis passé devant un juge. Sur ma carte d'identité, il y a Julien Frédéric. Frédéric, cela me fait de la peine parce que c'est le prénom choisi par ma maman, mais le Frédéric Courbet a disparu de ma vie à 20 ans. Plus personne ne m'appelle comme ça. J'ai eu la chance, dans ma vie, de faire un métier que j'adore. C'est la radio qui m'a obligé à changer de prénom [un autre animateur s'appelait Frédéric, l'obligeant à en choisir un autre, pour ne pas les confondre, ndlr]. Elle m'a apporté tellement de bonheur que Julien l'animateur radio passera devant Frédéric.

La meilleure offre : si vous devez co-animer une émission, qui choisissez-vous entre Stéphane Plaza ou Ophélie Meunier ?J.C. : Alors là, c'est une vraie colle ! Mais je vais quand même me mouiller. Stéphane, je l'adore, ça s'est tellement bien passé sur le tournage de La Meilleure offre. Mais, je ne vous cache pas qu'Ophélie... je suis marié, j'aime ma femme, il n'y a aucun souci. Elle, de son côté, est mariée et aime son mari. Mais, un jour, être à côté d'Ophélie pendant une heure et demie, dans une émission, ce serait me faire un très beau cadeau parce que c'est une personne divinement belle et gentille. J'ai vraiment

(...) Cliquez ici pour voir la suite