Juliette Gréco ruinée à la fin de sa vie : les confidences de sa petite-fille

·1 min de lecture

Une place inaugurée à son nom à Saint-Germain-des-Prés. Un juste retour des choses pour celle qui fit partie des icônes des nuits parisiennes dans les années 50 et un monument de la chanson française. Décédée en 2020 à l'âge de 93 ans, Juliette Gréco était très proche de sa petite-fille, Julie-Amour. Elle rendait régulièrement visite à sa grand-mère, qui, les dernières années de sa vie, vivait dans sa maison de Ramatuelle. "Mamie était très discrète, elle ne se plaignait jamais. On écoutait à fond ses chansons, elle chantait aussi dans son salon à Ramatuelle où elle a fini ses jours. Elle s'y sentait bien, c'était son havre de paux. Et elle a pu garder son train de vie malgré des difficultés financières. En tant qu'interprète, elle ne touchait rien, n'avait rien mis de côté et disposait d'une petite retraite. Mais je me suis battue pour qu'elle ne souffre pas", confie Julie-Amour Rossini au magazine Gala, disponible en kiosque jeudi 23 septembre 2021.

L'interprète de Jolie môme de Léo Ferré a pourtant vendu des millions de disques. Serge Gainsbourg, Boris Vian ou Jacques Prévert lui ont notamment composé des chansons. Mais le fait qu'elle n'en soit ni l'autrice ni la compositrice l'ont privée de royalties. Pas de quoi nourrir de rancœur ni frustration. En 2015, alors qu'elle entamait une tournée d'adieu à travers plusieurs pays, Juliette Gréco, alors âgée de 88 ans, confiait son rapport détaché à l'argent. Interviewée par Nikos Aliagas sur Europe 1, elle déclarait: "Je ne fais (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles