"Justice pour Astou" : le décès d'une femme enceinte à l'hôpital indigne le Sénégal

·1 min de lecture

C'est un véritable cataclysme que relate le site d'actualités Franceinfo. Au Sénégal, une femme enceinte de neuf mois, Astou Sokhna, est décédée au sein de l'hôpital régional de Louga, au nord de Dakar. Astou Sokhna était allée à l'hôpital après éprouvé douleurs et vertiges. Là-bas, elle aurait notamment exigé une césarienne, en vain, relève Dakar Actu. La jeune femme aurait souffert vingt heures avant de décéder. Sa mère, Maimouna Ba, qui était à ses côtés, dénonce désormais la "négligence" du personnel soignant.

"Ma colère leur est adressée car ils ont été négligents. Ils n'ont aucune considération envers l'être humain. Astou les avait menacés : 'Vous me négligez, quand je vous appelle vous ne me répondez pas. Quand je serai rétablie, j'irais vous dénoncer à la direction'. Les sages-femmes lui ont répondu : 'C'est parce que tu souffres que tu es en train de délirer'", fustige aujourd'hui Maimouna Ba, comme le rapporte Franceinfo.

Un drame qui a scandalisé le pays.

Un fort retentissement national

La mort d'Astou Sokhna à l'hôpital a effectivement fait l'objet d'une indignation massive. Des mobilisations ont eu lieu, sur les réseaux sociaux et dans le pays, afin de dénoncer cette prise en charge catastrophique. Les responsables politiques également se sont vivement exprimés à ce sujet. Le ministre de la Santé sénégalais Abdoulaye Diouf Sall, relate France 24, a reconnu que la mort d'Astou Sokhna "aurait pu être évitée avec plus de vigilance,...

Lire la suite


À lire aussi

Google discrimine-t-il les femmes enceintes ?
Limiter l'entrée des femmes enceintes aux Etats-Unis : la nouvelle idée malaisante de Trump
"Evitez de grossir" : les conseils odieux de la ville de Séoul aux femmes enceintes

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles