Justine Triet remporte la Palme d’or et s’attire la sympathie de la gauche après son discours à Cannes

Sitôt récompensée, la réalisatrice en a profité pour dénoncer la réforme des retraites. Un discours qui n’a pas plu à la ministre de la Culture, qui s’est dit « estomaquée par son discours si injuste ». Au sein de la classe politique, plusieurs figures politiques de gauche ont souligné son « courage ».

Une Palme d’or et un discours musclé. La réalisatrice Justine Triet n’a pas hésité à affirmer son soutien aux contestataires de la réforme des retraites, en direct de Cannes, après la remise de la Palme d’or pour son film « Anatomie d’une chute ». Selon elle, le mouvement de contestation a été « nié et réprimé de façon choquante », symptôme d’un « schéma de pouvoir dominateur ». Elle a ajouté que le gouvernement cherchait à « casser l’exception culturelle [française] ».

Jean-Luc Mélenchon a immédiatement réagi sur Twitter: « merci à Justine Triet pour son courage en plus de son talent. Cannes revient à sa tradition. C’est la gauche résistante qui a créé ce festival », a déclaré le chef de file de La France Insoumise. Olivier Faure, le leader du Parti socialiste a quant à lui reconnu « six mois que toute la France conteste. Six mois que nous subissons la volonté d’un seul. Merci, madame, de garder la nuque raide ».

Des réactions musclées du camp présidentiel

À gauche toujours, la patronne d’Europe Ecologie-Les Verts, Marine Tondelier a ironisé sur ces « nouvelles des cent jours de Macron pour apaiser, en direct du Festival de Cannes ». Le secrétaire national du Parti communiste français,Fabien Roussel, a applaudi son discours: « marchandisation des corps, marchandisation de la culture, bravo à Justine Triet pour sa Palme d’or et son discours qui frappe si juste ».

Du côté du gouvernement, la ministre...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi