K-food, l'éveil d'un trésor culinaire

© Jakub Kapusnak - Unsplash

Aussi appelée K-food, la gastronomie coréenne déferle sur la France depuis plusieurs années comme un véritable raz-de-marée culinaire. Les derniers chiffres de la plateforme de livraison Uber Eats en témoignent : plus de mille restaurants proposaient de la K-food en 2021, contre seulement 78 il y a deux ans. Résultat, le nombre de repas coréens livrés a été multiplié par sept. Qu'on savoure le bibimbap, recette phare composée de légumes variés, de riz et parfois de viande, ou encore le kimchi, mélange de légumes fermentés à base de chou et de piment, cette envolée se justifie par des atouts diététiques incontestables. Plus saine que la cuisine chinoise, plus assaisonnée que la japonaise, la K-food est une cuisine de tous les jours : colorée, équilibrée, variée, spontanée et facile à emporter.

La cuisine coréenne, une tradition millénaire

Au fil des siècles, cet art de la table s'est fondé autour de différentes croyances. Si, durant plus de mille ans, le bouddhisme a instauré une alimentation entièrement végétale, l'importance de l'équilibre nutritif des mets s'est développée autour du taoïsme, une doctrine encore plus ancienne. Luna Kyung, auteur culinaire coréenne, explique : « Un plat se constitue de cinq couleurs qui correspondent aux éléments naturels présents dans le yin et...


Lire la suite

Plus de "Cuisine et Vins de France" :