Karine Lacombe : 4 choses à savoir sur l'infectiologue star des plateaux tv

Elle est l’une de ces spécialistes de santé très demandés depuis l’arrivée du covid-19. L'infectiologue Karine Lacombe enchaîne les plateaux de télévision pour partager ses connaissances sur le virus mais aussi pour conseiller et répondre aux questions des Français, parfois très inquiets. Lors de son passage dans C à vous vendredi 3 avril 2020, la cheffe de service des maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Antoine à Paris avait fait des révélations concernant la transmission par l’air du coronavirus.

1. Elle est à la tête d'un nouvel essai clinique

La chercheuse française, spécialiste du VIH et des hépatites est actuellement aux commandes de l’essai clinique Coviplasm pour lutter contre le coronavirus. Celui-ci, qui permettra de déterminer si des patients, déjà atteints par le virus, peuvent soigner les malades, est mené par l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) en partenariat avec l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (lnserm), et l'Etablissement français du sang (EFS). "On va prélever ce plasma chez des personnes guéries et on va le transfuser à des personnes malades, qui n'ont pas encore développé des anticorps", a-t-elle expliqué sur LCI le 6 avril 2020.

2. Payée plus pour parler du coronavirus sur TF1 ?

Depuis qu’elle est sortie de l’ombre, Karine Lacombe enchaîne les plateaux de télévision mais reste très présente sur le groupe TF1. Toutefois, contrairement à ce qu’avait dévoilé Le Monde, la chercheuse de 50 ans n’a pas vu son salaire tripler pour intervenir en exclusivité sur la Une. Dans les colonnes de Gala, elle avait évoqué "une indemnisation". Puis elle avait précisé : "J’ai refusé pour garder ma liberté de m’exprimer où je voulais".

3. Les réseaux sociaux : son ennemi du moment

Après avoir remis en cause les méthodes du professeur Didier Raoult, partisan de l'utilisation de la chloroquine pour vaincre le coronavirus, Karine Lacombe a été la cible de menaces physiques sur les réseaux sociaux. Qu'elle a décidé de quitter.

(...) Cliquez ici pour voir la suite